LIGUE DE L'ENSEIGNEMENT DE SEINE MARITIME - Ligue76

fAbrique de lA pAix

En prolongement de notre approche sur les politiques compensatoires, nous continuons à affirmer l'importance d'une véritable éducation commune à la différence et à la diversité. Le centre confédéral continue d'assurer une diffusion large dans notre réseau d'outils pédagogiques interactifs pour éduquer contre les préjugés et les discriminations.

expOsitiOn itinérAnte de lA fAbrique de lA pAix

Ludique mais sérieux, cet outil, à la pédagogie innovante, incite les jeunes visiteurs à se faire leur propre opinion et à débattre des discriminations. Plusieurs journées de formation ont été organisées cette année en 2015. Leur objectif était de permettre aux participants de se familiariser avec l'exposition, de favoriser la réflexion sur les questions de discrimination, diversité, préjugé, phénomène de bouc émissaire… à partir de l'exposition et d'élaborer collectivement les grandes lignes d'une séquence d'accueil d'un groupe d'enfants ou de jeunes.

Cette année en 2015, la fabrique de la paix a fait l'objet de nombreuses sollicitations, le planning de réservation est complet. L'exposition la fabrique de la paix a été accueillie sur de nombreux départements

La Fabrique de la Paix au Havre dans les locaux de la Ligue de l'Enseignement

Compte rendu par Hélène DEBAIN service civique à la ligue de l'enseignement

La ligue de l'enseignement de Seine-Maritime a accueilli la fabrique de la Paix dans ses locaux rue Clovis au havre du 20 avril au 29 mai 2015. La Fabrique était prévue au conseil général de Rouen. Suite aux élections le conseil général a souhaité décaler les dates de réception ce qui nous été impossible puisque nous ne l'avions qu'un temps bien précis. La Fabrique de la Paix est un outil pédagogique, unique en France, mis à disposition par la Ligue de l'Enseignement pour les scolaires âgées entre 10 et 14 ans. C'est une exposition créée en 2008 par la Fondation EVENS. L'exposition aborde différents thèmes comme : les préjugés, le racisme, le sexisme, la violence, le phénomène de bouc émissaire, l'homosexualité, ... .

Grâce au livret dédié aux accompagnateurs, les enseignants ont pu pour certains préparer les enfants en amont à la visite. Dans ce livret il y un questionnaire intitulé « Qui suis-je ? Qui tu es ? », Ce qui permet de comparer notre vision de se voir et la vision de l'autre. Les enseignants ont travaillé le vocabulaire en classe, afin de faciliter la compréhension de l'enfant.

Nous aurions aimé pouvoir rendre l'exposition accessible aux familles, mais faute de temps, ce projet n'a pas pu être réalisable. Un jeune garçon, a amené sa mère, un mercredi après –midi, après avoir fait la visite le matin même avec sa classe, il voulait absolument la faire partager avec sa mère, c'est avec plaisir que l'animatrice lui a commenté l'exposition. Lors de la prochaine installation de l'exposition dans nos locaux, nous la mettrons accessible à un plus large public, sur des plages horaires réservées. Les enfants étaient invités à s'installer sur des bancs pour la présentation et les explications nécessaires à la visite. Lors de cette introduction, l'animatrice (Hélène Debain en service civique) présentait les actions de la ligue, et demandait aux enfants, s'ils connaissaient le vocabulaire utilisé durant toute la visite, tel que « préjugé », « fait », « opinion », … .

Les enfants découvraient l'exposition, en empruntant le parcours adapté à leur niveau. Pendant la visite, les enfants sollicitaient l'animatrice, en attente d'une réponse « juste ». Le but de l'exposition, était de les faire réfléchir sur les thèmes, de solliciter leur esprit critique. L'animatrice leur donnait alors des pistes de réflexion, une réponse était alors proposée lors de la conclusion.

Le module 16/17/18 « Normal/bizarre » aborde les thèmes de la religion, l'homosexualité, les enfants répondaient spontanément selon leurs propres opinions, puis ils retournaient la plaquette et lisaient l'explication, puis certains binômes débattaient sur ces sujets. L'animatrice a pu observer une certaine gêne de la part de quelques enfants sur l'homosexualité, certains enfants tenaient des réflexions virulentes. Le thème de la religion a soulevé énormément de débat entre les enfants, les enfants confrontaient leurs idées, leurs différences de cultures.

Le module numéro 37 « le bouc émissaire », les enfants pouvaient laisser un message dans le bouc :

  • J'ai déjà était bouc émissaire, je ne pardonnerai jamais à la personne qui m'a fait souffrir.
  • Non je n'ai pas vécu cette situation, si on est un bouc émissaire, il faut ne pas se laisser faire.
  • Un jour j'ai vu un garçon se faire taper, mais je n'ai pas osé le dire à un adulte, par peur de me faire taper aussi.
  • Oui, on me traite d'autiste tout le temps.

On peut noter que la majorité des enfants, a connu une situation de bouc émissaire soit dans le cadre scolaire, ou dans le cadre familial. En quelques mots on pouvait ressentir la souffrance de l'enfant face à cette situation. Certains enfants se sont confiés à l'animatrice, qui les a conseillés de son mieux, pour faire face

La majorité des enfants et des encadrants a fortement apprécié l'exposition, sa structure, les thèmes, ainsi que le débat « Normal/Bizarre » en fin de visite. Celui-ci permettait de donner la parole aux enfants, afin qu'ils puissent s'exprimer librement sur des sujets qu'ils pouvaient considérer encore tabou dans leur environnement social et familial. Le discours des familles, a une grande influence sur l'enfant.

La conclusion était aussi faite à partir du module 36 « Emile », l'animatrice invitait les enfants à écouter le témoignage d'Emile un jeune garçon dit « bouc émissaire », qui en fin de témoignage demande conseil aux enfants, pour que cette situation cesse.

Certains conseils d'enfant étaient étonnants face à cette situation « il faut attacher l'agresseur et le laisser dans la forêt »,… d'autres conseils ont était évoqués « il faut en parler à un adulte, il faut qu'Emile ignore l'agresseur, qu'il change peut-être de look, qu'Emile fasse la démarche d'aller jouer avec les autres,… ». Très peu d'enfants proposaient d'aller à la rencontre d'Emile, et de devenir son ami.

En quelques chiffres

  • 523 enfants ont visités l'exposition FDP. Principalement des 9-12 ans, une classe de 2nd STSS (15-16ans), une classe d'IMPRO (15-20ans)
  • 24 classes de 13 écoles différentes (école Frederick Bellanger, école de l'observatoire, école Massillon, école Marechal Joffre, école Raspail, IMPRO la Renaissance, collège Claude Bernard (internat de l'excellence), collège Léo la Grange, dont 2 écoles en ZEP (école pauline Kergomard, CLSH sous Brotonne, et 2 écoles privées (école sainte Anne, lycée privé Jeanne d'Arc) et 25 classes du centre-ville.
  • 2 heures de visite.
  • 5 bénévoles de 2 associations différentes  « Lire et faire lire », et le « mouvement pour la paix ».

La Fabrique de la Paix, a permis aux enfants d'écarter certaines fausses idées qu'ils pouvaient avoir, et leur permettre d'avoir une réflexion qu'ils n'auraient sans doute pas eue en dehors de l'exposition. Cette exposition leur a permis de différencier un fait d'un préjugé, une ouverture d'esprit, une prise de conscience. Le fait que l'enfant soit acteur tout au long de l'exposition, facilitait sa compréhension.

en sAvOir plus
sur lA fAbrique de lA pAix
Mentions Légales
Creation de site Internet le havre